Wernher von Braun dans son bureau de la NASA dans les années 50.

Un S.S. rêvant de la Lune : Von Braun

Stefan Brauburger écrit qu’en 1962, lorsque Kurt Debus prit la direction de la base de lancement de fusées de Cap Carnaveral, « deux des plus importantes installations de la NASA étaient dirigées par d’anciens membres de la SS. Arthur Rudolph, un nazi rigide, avait été nommé responsable de la production de la Saturne V. Dans les années quatre-vingt, il y eut d’ailleurs une enquête pour suspicion de crimes de guerre à son égard. » (Cité par Stefan Brauburger in Von Braun, Entre nazisme et rêves de fusées, Paris-Bruxelles, Éditions Jourdan, traduction de Gundula Bavendamm, 2010, p. 230.)

Les méthodes de production à l’œuvre dans les gigantesques hangars blancs de la NASA ont-elles été forgées dans l’enfer souterrain de Mittelbau-Dora ? Autrement dit, pour reprendre la question posée par Norman Mailer dans Bivouac sur la Lune (1970), le voyage de l’homme vers la Lune était-il l’œuvre de Dieu ou du Diable ? A travers le livre passionnant de Stefan Brauburger, Von Braun, Entre nazisme et rêves de fusées, nous revenons dans cet article sur le parcours de Wernher von Braun, concepteur des destructrices fusées V2 nazies comme de la Saturne V qui permit à l’homme d’aller jusqu’à la Lune.

Lisez l’article sur le site Culturellement Vôtre