TRIANGLE KEMMERER WYOMING DOWNTOWN STREET SCENE, carte postale des années cinquante (source : https://www.antiquesnavigator.com/d-2643434/triangle-kemmerer-wyoming-downtown-street-scene-vtg-1950s-chrome-postcard-333.html).

Territoire réel d’un monde virtuel (dans Le Temps désarticulé)

Baigné dans la rassurante cohérence de son monde, l’individu prisonnier du système totalitaire ignore le territoire qu’il habite, seule existe pour lui sa carte (pour reprendre les termes d’Alfred Korzybski), c’est-à-dire la représentation du monde qui lui est imposée. Conséquence de la rupture du lien entre les mots et les choses, les mots de la carte peuvent être décollées et recollées sur un autre territoire : « Brazzaville et Léopoldville étaient en danger. On n’avait pas besoin de regarder une carte pour savoir ce que cela signifiait1 » écrit à ce titre George Orwell dans 1984, comme si la carte était imprimée en chaque individu, modifiable à volonté au gré des besoins, sans rapport avec le territoire censé être représenté. C’est ce rapport entre l’espace nommé et le territoire réel qui sera questionné dans cet article à travers une petite enquête sur la ville où l’écrivain Philip K. Dick a situé la fausse petite ville des années cinquante de son roman Le Temps désarticulé (Time Out of Joint, 1959), Kemmerer dans l’État du Wyoming.

Lisez l’article sur le site Culturellement Vôtre