Star Wars de George Lucas

Le corps et la machineUne nouvelle mythologie

Paradoxes des corps de Star Wars

Le visage humain, dans le monde anthropocentrique de Star Wars, est l’incarnation même de l’humanité par sa singularité et ses émotions. Il est ainsi défiguré, mécanisé ou sérialisé lorsqu’il représente l’Empire. On ne peut garder un visage humain dans l’Empire, comme le montre la défiguration monstrueuse de Palpatine devenant Empereur dans Star Wars, Episode III, […]

0 commentaire
Le corps de Dark Vador brûle à la fin de Star Wars, Episode VI, Le Retour du Jedi.

La Passion selon Anakin Skywalker

On ne peut conserver un visage authentiquement humain au plus haut de l’Empire: pour devenir le second et disciple de l’Empereur Palpatine, maitre Sith, Anakin Skywalker est devenu une machine dans Star Wars, Episode III, La Revanche des Sith (George Lucas, 2005). Il meurt symboliquement en se robotisant. Après avoir réaffirmé son humanité en tuant […]

0 commentaire
Chewbacca (Peter Mayhew) et Han Solo (Harrison Ford) dans Star Wars, Episode IV, Un Nouvel Espoir (1977).

Star Wars, lutte pour l’ordre naturel

Un manichéisme un rien primaire définit et oppose Bien et Mal de façon radicale dans la première trilogie Star Wars (1977-1983) créée et supervisée par George Lucas : la lumière et les ténèbres sont clairement associés respectivement au premier et au second. Star Wars, Episode IV, Un Nouvel Espoir (George Lucas, 1977) représente la quintessence de cette caractérisation, […]

1 commentaire
Retour en haut