Star Wars de George Lucas

Le corps et la machineUne nouvelle mythologie

Le corps et la machine

Nos articles sur Star Wars évoquent principalement l’opposition entre l’organique et le mécanique, que ce soit du point des couleurs, des valeurs ou de la hiérarchisation de l’univers de la saga de George Lucas. En effet, dans Star Wars, la transformation en machine est le pire des châtiments infligé à l’être humain. Cette transformation se traduit par la perte du visage humain, mais le corps refoulé par la philosophie Jedi puis mécanisé finit par resurgir, Anakin Skywalker étant amené à suivre un véritable chemin de croix pour retrouver son humanité perdue.

latest

Paradoxes des corps de Star Wars

Le visage humain, dans le monde anthropocentrique de Star Wars, est l’incarnation même de l’humanité par sa singularité et ses émotions. Il est ainsi défiguré, mécanisé ou sérialisé lorsqu’il représente l’Empire. On ne peut garder un visage humain dans l’Empire, … Lire la Suite

0 comments
Le corps de Dark Vador brûle à la fin de Star Wars, Episode VI, Le Retour du Jedi.

La Passion selon Anakin Skywalker

On ne peut conserver un visage authentiquement humain au plus haut de l’Empire: ainsi Anakin Skywalker devient une machine dans Star Wars, Episode III, La Revanche des Sith (George Lucas, 2005), mourant symboliquement avant de réellement rejoindre l’au-delà des Jedi … Lire la Suite

0 comments

Une nouvelle mythologie

Les films de la saga Star Wars crée par Georges Lucas ont accédés dès leurs sorties au rang de mythes populaires, en grande partie relayés par l’énorme (et inédit à l’époque) merchandising mis en place. Les codes visuels (texte défilant, sabres lasers…), sonores (la musique de John Williams, le bourdonnement des sabres lasers…), les personnages (Yoda, R2-D2, C3-PO, Dark Vador) et leurs répliques (« Luke, je suis ton père », « Que la Force soit avec toi »…) qui font désormais partie d’une culture où se nourrit notre imaginaire.

Chewbacca (Peter Mayhew) et Han Solo (Harrison Ford) dans Star Wars, Episode IV, Un Nouvel Espoir (1977).

Star Wars, lutte pour l’ordre naturel

Un manichéisme un rien primaire définit et oppose Bien et Mal de façon radicale dans la première trilogie Star Wars (1977-1983) créée et supervisée par George Lucas : la lumière et les ténèbres sont clairement associés respectivement au premier et au second. Star … Lire la Suite

0 comments

Bibliographie

  • Mary Henderson, Star Wars, la magie du mythe, Presse de la Cité, Paris, 1998.
  • Laurent Jullier, Star Wars, anatomie d’une saga, Armand Colin, collection Armand Colin Cinéma, 2005.