La fin du monde festive de Southland Tales.

Southland Tales, l’apocalypse sous le signe de Philip K. Dick

Southland Tales (Richard Kelly, 2006) fait partie de ces films indépendants audacieux qui veulent briser les conventions hollywoodiennes mais peinent à construire des récits cohérents, malgré l’omniprésence d’idées originales et stimulantes. Southland Tales est un film intéressant par son empreint des thèmes du genre apocalyptique dont l’œuvre la plus célèbre est L’Apocalypse de Jean (dite johannique), réactualisant son esthétique à l’heure des flux continus de CNN et du web. L’après 11 septembre 2001 et la guerre en Irak hantent ce monde qui sera renversée par l’apocalypse, ce qui est particulièrement pertinent dans la mesure où le genre apocalyptique s’est développé en particulier lors de périodes de crises, les récits qui appartiennent à ce genre mettant en scène l’oppression et la chute finale d’un pouvoir matériel tyrannique (la Rome impériale de l’Apocalypse johannique).

Lisez l’article sur le site Culturellement Vôtre