Chewbacca (Peter Mayhew) et Han Solo (Harrison Ford) dans Star Wars, Episode IV, Un Nouvel Espoir (1977).

Star Wars, lutte pour l’ordre naturel

Un manichéisme un rien primaire définit et oppose Bien et Mal de façon radicale dans la première trilogie Star Wars (1977-1983) créée et supervisée par George Lucas : la lumière et les ténèbres sont clairement associés respectivement au premier et au second. Star Wars, Episode IV, Un Nouvel Espoir (George Lucas, 1977) représente la quintessence de cette caractérisation, par les contrastes entre la blanche princesse Leia et le chevalier noir Vador ; entre les deux soleils de Tattoine et la technologie sombre et froide de l’Étoile de la Mort, etc. Pourtant, ce rapport au bien et au mal se complexifie dans la suite de la saga, par exemple lorsque Luke Skywalker éprouvé par les épreuves passées et soumis à la tentation se pare de noir dans Star Wars, Episode VI, Le Retour du Jedi (Richard Marquand, 1983).

Lisez l’article sur le site Culturellement Vôtre