Janoir, Une vie à peindre

Extrait du film (ouverture).

Achèvement d’un travail de plus de trois ans, le film documentaire Janoir, Une vie à peindre (co-réalisé avec Emilie Souillot) est une histoire de survies par la création, à travers le parcours d’un peintre Lyonnais aujourd’hui méconnu, Jean Janoir qui, a 73 ans, s’est mis à poursuivre son œuvre malgré la maladie grâce à l’ordinateur. De la peinture à l’huile aux brosses de Photoshop, en passant par la conception de décors d’opéras, l’architecture et l’écriture poétique, Janoir a toujours trouvé un moyen pour se relever, malgré les obstacles, malgré la maladie, pour continuer à créer. Janoir, Une vie à peindre est un film sur l’art, donc sur la vie, avec ses moments de rire, de lyrisme et de douleur. Et une mystérieuse femme en robe rouge qui traverse le film comme les sensuelles figures féminines de ses tableaux.

On trouve son chemin grâce aux gens qu’on croise. Je n’aurai pas entrepris le projet documentaire, Janoir, Une vie à peindre sans la rencontre d’Émilie Souillot, notre travail sur les montages de ses documentaires nous ayant donné envie de réaliser un film ensemble. Cette envie est elle-même née de la rencontre avec le peintre Jean Janoir et son épouse Michelle, dont nous sommes devenus les « petits-enfants de cœur »… Il s’agit pour nous, avant tout, du portrait de deux amis, décédés tous deux début 2012, avec lesquels nous partagions de longues discussions sur l’art, la musique et tant d’autres choses autour de verres de whisky, dans un brouillard de fumée de cigarette. Après leur décès, nous avons réunis certains de leurs amis pour qu’ils évoquent aussi leurs souvenirs, sans tomber dans une austérité cérémonielle que des amoureux de jazz tels que Jean et Michelle Janoir ne pouvaient que détester. Il est toujours question de temps, lorsque nous redécouvrons une peinture de dix-huit mètres carrées oubliée et abîmée, en particulier, mais il est toujours question de la vie.

Structuré en chapitres, Janoir, Une vie à peindre est composé de fragments de tout ce qu’une vie peut embrasser, de la découverte d’une vocation artistique à la lutte contre la maladie, en passant par les triomphes éphémères et les longues années où le peintre s’est retiré dans ce qu’il nommait son « trou », loin des vernissages. Si Jean Janoir ne pouvait plus marcher, nous, nous pouvions aller sur les lieux de son enfance à Mâcon, sur les bords de la Saône où nous pouvions caresser les roseaux, faire marcher et danser notre femme en robe rouge dans la nature et dans son atelier…

  • Ecriture et réalisation : Emilie Souillot et Jérémy Zucchi
  • Production : JPL Productions et Cinaps TV avec le soutien du CNC
  • Image et son : Emilie Souillot et Nicolas Folliet
  • Montage : Pierre-Louis Vine
  • Musique : Emilie Souillot, Elodie Poirier et Jérôme Bodon-Clair
  • Mixage : Miroslav Pilon
  • Durée : 52 min
  • Format de tournage : HD
  • Année : 2013
  • Plus d’informations et documents sur le site d’Eclore