Le Faucon Millenium dans Star Wars, Episode IV, Un Nouvel Espoir
11 février 2015

Construire un mythe : Star Wars et 2001, l’Odyssée de l’espace

par Jérémy Zucchi

« Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine… », cette phrase d’ouverture de chaque film de la saga Star Wars ravive notre inconscient et sonne comme le réveil d’Âge d’Or oublié. Dès le premier film de … Lire la Suite

L'enfant des étoiles de 2001, l'Odyssée de l'espace
23 novembre 2014

2001, l’Odyssée de l’espace, l’humanité transitoire

par Jérémy Zucchi

En 1957, le critique de cinéma anglais Alexander Walker demanda à Stanley Kubrick, qui venait de recevoir un paquet de films de science-fiction japonais à visionner : « Vous allez faire un film de space-opera ? » Le cinéaste lui lança un regard noir … Lire la Suite

Image du film Dune de David Lynch d'après le roman de Frank Herbert
28 février 2014

Dune, immersion ratée

par Jérémy Zucchi

Un film tel que Dune (David Lynch, 1984), d’après le cycle écrit par Frank Herbert, se fonde avant tout sur le monde qu’il tente de représenter. Il s’agit même d’un univers, aux multiples planètes et peuples, avec des organisations spécifiques. À … Lire la Suite

Néo se prend pour Superman dans Matrix Reloaded (Andy et Lana Wachowski, 2003)
4 janvier 2014

Schizophrénie de la trilogie Matrix

par Jérémy Zucchi

Répondre aux attentes des clients des blockbusters tout en insufflant une réflexion critique sur le cinéma hollywoodien lui-même, c’est le difficile équilibre du contrebandier, selon l’expression de Martin Scorsese. Les « contrebandiers » sont les réalisateurs qui introduisent au cœur d’une production … Lire la Suite

Image du film Avatar de James Cameron (2009).
4 octobre 2013

Avatar, l’éveil par la technologie

par Jérémy Zucchi

Lorsqu’Avatar est sorti tout tonitruant sur les écrans en 2009, les spectateurs s’attendaient à un film de science-fiction pur et dur, à l’image des précédentes réalisations de James Cameron : Terminator (1984), Aliens (1986), Abyss (1989) et Terminator 2, Le Jugement Dernier … Lire la Suite

La science-fiction est née au cours du XIXème siècle avec le développement de la science et du positivisme scientifique qui l’accompagnait, ainsi que le rappelle le critique de cinéma Jean-Pierre Dufreigne : « Quand le punk bramait « No Future ! » déjà, il retardait. Le futur, l’actuel, existe depuis le XIXème siècle. Il est né avec les vaccins, le télégraphe Morse, l’avion, l’automobile, le cinéma et la science-fiction, qui résuma via Jules Verne, via H. G. Wells, les autres inventions. La SF fut donc décrété « conte de fées des temps modernes ». Non, répond l’écrivain Jean-Pierre Andrevon, « conte de faits. Des faits têtus qui prennent naissance autour de nous, tous les jours. La science-fiction se borne à leur donner un petit coup de pouce ». […] Le génie de la SF est d’ouvrir l’œil et de déceler, d’après ce qui se passe, ce qui va se passer. Le futur existe donc depuis que H. G. Wells et Jules Verne l’ont décrit au présent.» (L’Express, le magazine, spécial festival de Cannes, n°2549, p. 9.)

Depuis le renouveau du cinéma de science-fiction opéré par 2001 : l’Odyssée de l’espace (Stanley Kubrick, 1968), les films de science-fiction hollywoodiens se sont affirmés comme les sources les plus fertiles de l’imagination populaire et de la transmission qui en découle, grâce aux expériences futuristes extraordinaires que ces œuvres proposent de vivre. Ils proposent, comme 2001 : l’Odyssée de l’espace ou Star Wars (saga créée par George Lucas en 1977) de nouveaux mythes, ce qui paraît paradoxal dans la mesure où, en tant que « conte de faits » et non « conte de fées », la science-fiction semble s’opposer aux mythologies. Mais il n’en n’est rien car le caractère moderne de ces nouveaux mythes réside justement dans l’irruption du sacré à travers le matérialisme scientifique inhérent à toute œuvre de science-fiction.