Philip K. Dick et le cinéma

Œuvres et thématiquesAdaptations officiellesFilms inspirés de Dick

Du mythe du Golem aux androïdes modernes

Dans la version la plus connue du mythe du Golem, le Maharal de Prague (ou le rabbin Loew) donne vie à un être d’argile dénué de parole et de libre-arbitre en inscrivant sur son front EMET(H) (מת) ― « vérité » en hébreu, l’un des noms de Dieu. Cette légende du XVIe siècle, inspirée d’un […]

Le Nexus 6 Roy Batty et sa colombe dans le film Blade Runner de Ridley Scott (1982).

Simulacres et miracles dans le roman Blade Runner

Le roman Blade Runner de Philip K. Dick (1968), que nous appellerons dans cet article sous son titre originel Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (Do Androids dream of Electric Sheep?), aborde comme on le sait la problématique de la nature humaine à travers la confrontation d’êtres humains naturels et de leurs reflets artificiels, […]

TRIANGLE KEMMERER WYOMING DOWNTOWN STREET SCENE, carte postale des années cinquante (source : https://www.antiquesnavigator.com/d-2643434/triangle-kemmerer-wyoming-downtown-street-scene-vtg-1950s-chrome-postcard-333.html).

Territoire réel d’un monde virtuel (dans Le Temps désarticulé)

Baigné dans la rassurante cohérence de son monde, l’individu prisonnier du système totalitaire ignore le territoire qu’il habite, seule existe pour lui sa carte (pour reprendre les termes d’Alfred Korzybski), c’est-à-dire la représentation du monde qui lui est imposée. Conséquence de la rupture du lien entre les mots et les choses, les mots de la […]

Détail d'une couverture d'une édition anglophone du roman A Scanner Darkly de Philip K. Dick.

La drogue dans la vie et l’œuvre de Philip K. Dick

J’ai été invité par le professeur Bernard Granger à intervenir le 9 mars 2015 dans le cadre du séminaire “Addictions et Créativité” à l’hôpital Tarnier (groupe Cochin, Paris). Dans une conférence d’une heure, j’ai abordé les différentes fonctions de la drogue dans l’œuvre de l’écrivain de science-fiction Philip K. Dick (1928-1982), qui occupait une place […]

0 commentaire
Détail de la couverture d'une édition poche anglophone de Glissement de temps sur Mars de Philip K. Dick.

Autisme et schizophrénie dans Glissement de temps sur Mars

Dans son roman Glissement de temps sur Mars publié en 1963, Philip K. Dick développe l’idée d’un lien entre schizophrénie et machine qui sera exposé par Bruno Bettelheim dans La Forteresse vide (1967) avec le cas du petit Joey qui « devait établir [des] raccordements imaginaires avant de pouvoir manger, car seul le courant faisait […]

1 commentaire
Détail de la couverture d'une édition anglophone de Coulez mes larmes, dit le policier, de Philip K. Dick.

Coulez mes larmes, dit Philip K. Dick

Jason Taverner est une star de la chanson et de la télévision, fier de sa célébrité et d’être un Six, c’est-à-dire le produit d’une expérience eugéniste visant à créer des surhommes. Mais soudain tout s’écroule, il se réveille sans papiers, sans identité : le monde n’a pas changé, mais personne ne se souvient de lui… […]

0 commentaire
Anne Rubenstein et Philip K. Dick peu de temps avant leur mariage, en 1958.

Des fictions pour défier le temps

C’est une simple photo, l’image-type dont chaque couple désillusionné préfère se souvenir avec nostalgie, ou brûler. C’était en 1958, peu de temps avant le mariage de Philip K. Dick et de sa troisième épouse, Anne Rubenstein. En 1962, il lui dédie son roman Le Maître du haut château, « sans le silence de laquelle ce […]

0 commentaire
Affiche de propagande utilisant le slogan « Vincere ! e vinceremo ! » prononcé par Mussolini lors de la déclaration de guerre à la France et la Grande-Bretagne le 10 juin 1940.

En attendant l’année dernière, l’éternel présent de l’Histoire

Dans un article précédent, j’écrivais que le roman de Philip K. Dick En attendant l’année dernière (1966) me semble plus fascinant par les pistes qu’il lance, multiples et en apparence contradictoires (qu’il reliera pour la plupart à la fin du roman) que par ce qu’il réalise effectivement. Il s’agit d’une œuvre parfois intense, qui renonce […]

0 commentaire
Détail de la couverture d'une édition anglophone d'En attendant l'année dernière de Philip K. Dick.

Préserver son humanité : une parabole

Que signifie vivre ? Peut-on préserver une vie disparue? Comment rester humain lorsque le contexte ne permet plus aux valeurs les plus humaines de s’exercer, lorsque prime ce que George Orwell dans 1984 (1950) nommait « l’état de guerre permanente », où règnent seulement la subsistance, autrement dit le profit et la pensée à court terme? Quelle doit […]

0 commentaire

La frontière entre le monde et son image dans Ubik

J’ai lu Ubik (1969) pour la première fois en 2002, il me semble. C’était le second roman de Philip K. Dick que je lisais, et je n’ai jamais cessé de m’exclamer à sa lecture comme un de mes amis l’ayant lu sous l’effet substances illicites : « Whoua, qu’est-ce que c’était que ça !?… ». […]

0 commentaire
Détail d'une planche de La Frontière invisible de François Schuiten et Benoït Peeters (2004).

Philip K. Dick : la carte est le territoire

On s’étonnera peut-être de trouver en ouverture de ce texte le détail de cette planche de La Frontière invisible de François Schuiten et Benoït Peeters (Casterman, 2004), et pourtant la magnifique et fascinante série des Cités Obscures, tout comme les récits de l’écrivain de science-fiction Philip K. Dick nous rappellent que les récits d’univers virtuels existent depuis que l’homme s’est […]

0 commentaire
Le Nexus 6 Roy Batty et sa colombe dans le film Blade Runner de Ridley Scott (1982).

Simulacres et miracles dans le roman Blade Runner

Le roman Blade Runner de Philip K. Dick (1968), que nous appellerons dans cet article sous son titre originel Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (Do Androids dream of Electric Sheep?), aborde comme on le sait la problématique de la nature humaine à travers la confrontation d’êtres humains naturels et de leurs reflets artificiels, […]

A Scanner Darkly, représenter la schizophrénie

La plupart des adaptations des œuvres de Philip K. Dick sont des films d’actions développant une idée d’une nouvelle de l’auteur. Mais A Scanner Darkly (Richard Linklater, 2006), adaptation du roman éponyme (Substance Mort en français), est l’une des rares adaptations de l’écrivain dont l’intrigue n’est pas réductible à un schéma de film d’action. Et […]

0 commentaire
Gary Sinise dans Impostor, film de Gary Fleder d'après Philip K. Dick (2002).

Impostor (Gary Fleder, 2002)

En 2075, les extra-terrestres d’Alpha du Centaure essayent d’envahir la planète depuis plus d’une décennie. Les villes terriennes sont protégées par des cloches de verre, la démocratie a cédé place à la dictature sous l’état d’urgence. Spencer Olham (Gary Sinise) conçoit une arme qui doit permettre de gagner la guerre mais il est soudainement arrêté […]

0 commentaire
L'enfant-robot de "Planète hurlante" ("Screamers").

Planète hurlante (Christian Duguay, 1995)

En 2078, la planète Sirius 6B est devenue quasi inhabitable en raison des ravages de la guerre qui depuis dix ans, fait rage entre le N.B.E., Nouveau Bloc Economique, et l’Alliance des mineurs. La planète a été bombardée avec des bombes atomiques, seuls des soldats des deux camps s’y terrent. Un soldat isolé du NBE […]

0 commentaire

Ghost in the Shell : l’évolution naturelle des êtres artificiels

Avant que tous les objets ne « retournent » à leur aspect de 1939, Philip K. Dick propose dans son roman Ubik (1968) une représentation de la doctrine évolutionniste, dont un certain nombre d’auteurs de science-fiction jusqu’à la fin des années cinquante se faisaient les conteurs ou prophètes. En effet, il prend soin d’ouvrir le […]

0 commentaire

Religion et virtualité : eXistenZ

Les films de science-fiction de David Cronenberg Videodrome (1983) et surtout eXistenZ (1999) ajoutent à la réflexion sur le réel une dimension religieuse. Ils peuvent être vus à ce titre comme des échos cinématographiques des romans de Philip K. Dick écrits après sa conversion à l’Église Épiscopale, du Dieu venu du Centaure (1964) à Siva (1981) […]

0 commentaire
La fin du monde festive de Southland Tales.

Southland Tales, l’apocalypse sous le signe de Philip K. Dick

Southland Tales (Richard Kelly, 2006) fait partie de ces films indépendants audacieux qui veulent briser les conventions hollywoodiennes mais peinent à construire des récits cohérents, malgré l’omniprésence d’idées originales et stimulantes. Southland Tales est un film intéressant par son empreint des thèmes du genre apocalyptique dont l’œuvre la plus célèbre est L’Apocalypse de Jean (dite […]

0 commentaire
Image du film Pleasantville de Gary Ross

Pleasantville, du rêve américain au totalitarisme

Pleasantville (Gary Ross, 1998) est un film sorti à la même période que The Truman Show (Pater Weir, 1998), Dark City (Alex Proyas, 1998) ou Passé virtuel (Josef Rusnak, 1999) qui mettent en scène des villes du passé (les années trente à cinquante) qui ne sont que les décors d’un monde virtuel qui emprisonne les […]

0 commentaire

Donnie Darko, schizophrénie de l’Élu

Une petite ville de banlieue, une critique sociale acide par le biais de personnages de différents milieux, une faille dans l’espace-temps créant un univers parallèle, Philip K. Dick hante Donnie Darko de Richard Kelly (2001). Le film dépeint un monde où tous les problèmes sont censés se résoudre par des médicaments et des pratiques de […]

0 commentaire
Inception de Christopher Nolan

Inception, Donnie Darko et les boucles impossibles d’Escher

Le critique Albert Flocon écrivait à propos de l’œuvre du dessinateur et graveur M.C. Escher, en 1965 : « Son œuvre ajoute à l’excitation esthétique, toujours quelque peu passive, l’excitation intellectuelle d’y découvrir une structuration rigoureuse qui contredit l’expérience quotidienne et la met en question. Des notions aussi solidement établies que le haut et la […]

2 comments

Inception, le temps rêvé du cinéma

Le film Inception (Christopher Nolan, 2010) marque une certaine influence de l’écrivain de science-fiction Philip K. Dick en raison de son sujet (la pénétration dans les rêves d’un individu pour le manipuler), comme cela a été relevée par de nombreux critiques. L’auteur d’Inception préfère évoquer Jorge Luis Borges. La comparaison du film avec Paprika, vertigineux […]

0 commentaire

2009 : Lost Memories, représenter l’uchronie

Comme vous le savez peut-être, une série adaptant le roman Le Maître du haut-château de Philip K. Dick (1962) a été lancée. En attendant de voir si le pilote donnera lieu à une ou plusieurs saisons, il est intéressant d’analyser un film tel que 2009 : Lost Memories (Si-myung Lee, 2002) afin d’aborder les difficultés […]

0 commentaire
Image du film Passé virtuel (Josef Rusnak, 1999).

Esthétique d’un Passé virtuel

Passé virtuel (The Thirteenth Floor) est l’adaptation du roman Simulacron 3 de Daniel F. Galouye (1964), écrivain Américain qui a abordé dans ce roman le thème des univers virtuels qu’abordait déjà avec virtuosité son contemporain de Philip K. Dick. Je ne vais pas parler ici du roman Simulacron 3 mais de son adaptation a l’écran […]

0 commentaire

L’obscurité glacée d’Ubik et d’Eternal Sunshine of the Spotless Mind

Michel Gondry n’a pas renoncé à adapter le roman de Philip K. Dick Ubik (1969), et je m’en réjouis, mais dans un même temps, je ne crains pas que cette adaptation demeure dans les limbes du cinéma, parmi les innombrables projets avortés, car Michel Gondry a déjà réalisé l’un des plus beaux films dickiens : Eternal Sunshine of the Spotless Mind […]

0 commentaire
Néo se prend pour Superman dans Matrix Reloaded (Andy et Lana Wachowski, 2003)

Schizophrénie de la trilogie Matrix

Répondre aux attentes des clients des blockbusters tout en insufflant une réflexion critique sur le cinéma hollywoodien lui-même, c’est le difficile équilibre du contrebandier, selon l’expression de Martin Scorsese. Les « contrebandiers » sont les réalisateurs qui introduisent au cœur d’une production hollywoodienne une réflexion critique voilée sur les propre codes et moyens de représentation du film. […]

0 commentaire
Retour en haut